Suis-je abducté ?


Répondre à cette question peut demander du temps (parfois même des années !) et un ou plusieurs entretiens avec vous.
 
Une personne abductée peut rester des années sans le moindre symptôme d'abduction. Cela vient sans doute du fait des défenses psychologiques qui maintiennent tout souvenir en dehors du conscient (que ces défenses soient posées inconsciemment par le sujet lui-même où suggérées/implantées par des entités ufologiques). L'absence de traces évidentes d'abduction fait que le sujet ne se doute de rien, jusqu'à ce qu'une expérience remarquable soit ramenée à la conscience. C'est parfois à ce moment-là que l'abducté se retourne en arrière et prend alors conscience que l'expérience dure depuis longtemps, parfois depuis l'enfance.
 
Dans d'autres situations, l'expérience est plus évidente car l'abduction est vécue consciemment : le célèbre cas de Travis Walton en est une illustration puisque l'abduction se présente lors d'une observation d'ovni en groupe et que le groupe est témoin direct de l'abduction, et que l'enquête policière qui s'en suivra (Travis disparaît plusieurs jours) est bien documentée.
 
L'hypnose régressive permet-elle de savoir si je suis abducté si je n'ai aucun souvenir ?
 
Voilà une question bien délicate ! L'hypnose peut autant permettre de retrouver un souvenir refoulé que favoriser l'émergence de pures créations de l'imaginaire qui sont reconnues comme des souvenirs : c'est ce qu'on appelle un « faux-souvenir ». Un faux souvenir se présente accompagné d'une intensité émotionnelle qui fait que l'expérience semble réelle (en hypnose, l'imaginaire impacte directement le corps et les émotions).
 
Considérons plutôt l'hypnose comme une technique permettant de récolter des informations qu'il faudra patiemment croiser avec d'autres sources d'informations (entretien, questionnaires, enquête...) pour pouvoir avancer dans une réflexion posée et méthodique.
En résumé, l'hypnose ne permet pas de trancher définitivement sur la question de l'abduction, elle est une technique permettant d'obtenir des informations supplémentaires, subjectives, pour nourrir une réflexion et un cheminement.
Elle permet aussi, au-delà de sa fonction « informative », de traiter la charge traumatique associée aux expériences.
 
Y-a-t-il des signes définitifs de l'abduction ?
 
Hélas... non !
 
Cependant, quelques critères sont récurrents dans les abductions :
 
Vous avez un souvenir clair d'une rencontre avec un ou plusieurs êtres humanoïdes évoquant un/des extra-terrestre(s) : Si c'est le cas, alors c'est un signe fort d'une possible abduction. Répondez aux sous-questions suivantes :                                  
Cela était-il pendant votre sommeil ? vous vous êtes réveillé paralysé et avez senti une présence dans votre chambre, sans rien voir cependant. Si c'est le cas, il peut aussi s'agir d'une paralysie du sommeil. 
Un tiers a-t-il pu observer quelque chose d'étrange avec vous ? Si c'est le cas, vous avez un indice de confirmation de la réalité de votre expérience. 
Y-a-t-il eu des traces physiques de cette rencontre ? Si c'est le cas, vous avez un autre indice de confirmation 
Avez-vous déjà vécu des expériences psychotiques : délire ? Hallucinations ? Si c'est le cas, il est possible que cela soit à nouveau hallucinatoire. Cependant, la psychiatrie nomme parfois « hallucination » ce qui est de l'ordre d'une expérience extraordinaire (vision de défunts, abductions, expériences visionnaires, etc...). Il est donc important de prendre le temps pour regarder posément vos expériences avec un professionnel compétent (ce que nous vous proposons au Cero-France avec les entretiens psychologiques). 
Avez-vous déjà observé un ovni (en étant sûr qu'il ne s'agissait ni d'un phénomène atmosphérique, ni d'un engin militaire) ? Si c'est le cas, à plus forte raison si cela est arrivé plusieurs fois, alors c'est un autre indice fort de confirmation. 
Avez-vous déjà vécu des expériences de temps manquants (en l'absence de troubles épileptiques ou de troubles dissociatifs). Si c'est le cas, voici encore un indice de confirmation. 
En vous retournant dans votre histoire de vie, pensez-vous avoir pu, vous ou un autre membre de votre famille, vivre d'autres expériences de ce genre ? Si c'est le cas, à nouveau c'est un indice de confirmation. 
Vous n'avez pas de souvenir de rencontre avec des entités humanoïdes de type « extra-terrestres », mais vous relevez des signes qui vous posent question : En l'absence de souvenirs, de nombreux signes peuvent être faussement interprétés comme signes d'une abduction. Cependant, comme dit précédemment, il peut y avoir abduction sans signe évident. Il convient donc d'avancer prudemment dans votre réflexion. Dans ce cas, nous vous invitons à nous contacter pour que nous réfléchissions avec vous. 

En quoi savoir si je suis abducté est-il important si je n'ai pas de souvenirs ?
 
De nombreux abductés sont traumatisés par leur expérience. Ils développent des symptômes invalidants de tous ordres liés à un traumatisme, qui, bloqué dans l'inconscient, les empêche de se réapproprier le sens de leur souffrance afin de s'en libérer.
 
Si les symptômes psychotraumatiques sont repérables par un clinicien, parfois, d'autres couches de souffrances se superposent sur le traumatisme et le rendent invisible. En effet, le trauma a pu engendrer : des troubles anxieux invalidants, une dépression, des conduites addictives, etc. ceux-ci occupent alors le devant de la scène, parfois depuis des années, si bien que le traumatisme qui est à l'origine de la souffrance se terre en arrière-plan.
Cet aspect de la clinique du traumatisme est cependant une donnée classique pour un clinicien. Cependant, dans le cas de l'abduction, cela est rendu plus délicat du fait du refoulement d'une part, du « choc ontologique » d'autre part, et du fait que l'expérience souvent rejetée par l'entourage (y compris par certains psys qui ont une réaction défensive face à ces récits en les taxant d'emblée de pathologique). L'entourage peut alors aussi contribuer à bloquer inconsciemment le retour possible du souvenir (le psychisme du sujet a en effet besoin de beaucoup de sécurité pour recontacter un traumatisme), qui attend simplement que les conditions soient réunies pour ressurgir.
 
Quand contacter le Cero France ?
 
Si vous pensez avoir vécu une abduction, ou si vous vous interrogez, vous pouvez nous contacter pour que nous y réfléchissions avec vous.